• ANGLAIS, FRANÇAIS, NÉERLANDAIS, ALLEMAND ET RUSSE PARLÉ

IMPÔT SUR LES SOCIÉTÉS EN ESPAGNE - MISE À JOUR 2021

IMPÔT SUR LE RÉSULTAT À PAYER EN TANT QUE RÉSIDENTS ESPAGNOLS - ENTREPRISES - IMPÔT SUR LES SOCIÉTÉS

L'impôt sur les sociétés (IS) est un impôt sur les revenus des sociétés et autres structures de sociétés résidant sur le territoire espagnol.

Cette taxe est réglementée sur la base des réglementations suivantes:

. Loi de l'impôt sur les sociétés

. Règlement de l'impôt sur les sociétés.

1.- QUELLES ENTITÉS SONT SOUMISES À CETTE TAXE?

Il y a un règle générale Par lequel toutes les entreprises sont tenues de déposer la déclaration de cet impôt, qu'elles aient ou non développé des activités au cours de la période fiscale (une année civile), et même si elles n'ont pas obtenu de revenus assujettis à l'impôt.

- QUE SE PASSE-T-IL DANS LES ENTREPRISES CONSDIÉRÉES COMME «INACTIVES»?

Une entreprise est considérée comme «inactive» lorsqu'elle n'a pas d'activité économique.

En d'autres termes, l'entreprise n'a effectué aucune transaction car:

* C'est un récemment créé compagnie. En d'autres termes, il est incorporé mais n'a pas encore commencé son activité.

* Compagnie déjà créé mais qui a mis fin à son activité. Les raisons pour lesquelles l'entreprise a cessé de fonctionner peuvent être multiples. La raison la plus courante est dans le cas où les associés ne souhaitent plus continuer à développer l'activité de l'entreprise, mais ils veulent attendre pour la liquider et la dissoudre car ils espèrent qu'elle sera réactivée dans le futur. De cette manière, les partenaires évitent les procédures et les dépenses liées au fait que l'entreprise soit active.

Les règlements à cet égard disent que les entreprises doivent être liquidées lorsque plus d'un an a passé depuis qu'ils ont terminé l'activité. Par conséquent, une fois cette période écoulée, elle doit être liquidée et finalement dissoute.

Par conséquent, les entreprises inactives, lorsque la période d'inactivité est trop longue, peuvent poser des problèmes.

Cependant, même déclarée «inactive», l'entreprise a certains obligations formelles à remplir:

1.-Tenir les registres d'immatriculation à la TVA: Une fois que l'entreprise a été déclarée «inactive», elle n'a aucune obligation de générer et de conserver des registres de TVA, puisqu'elle a cessé d'émettre et de recevoir des factures. Cependant, il est nécessaire de les conserver car l'administration peut demander leur examen et leur contrôle jusqu'à quatre ans plus tard.

2.- Traiter de l'impôt sur les sociétés: Tous les types d'entreprises, actives ou inactives, doivent soumettre l'impôt sur les sociétés. Dans le cas des sociétés inactives, elles doivent présenter cette taxe indiquant leur situation d'inactivité, et leur résultat comptable sera «0».

3.- Autres obligations: Les entreprises inactives sont tenues d'exécuter toutes les procédures comme si elles étaient actives. Ainsi, par exemple, il y a l'obligation de tenir la comptabilité, la légalisation des livres, etc. Il y a même l'obligation de formuler les comptes annuels par les administrateurs, et l'assemblée générale des associés doit les approuver. En outre, il est essentiel que les comptes annuels soient déposés au registre du commerce. Les pénalités pour non-respect de ces règles peuvent s'élever jusqu'à 60.000 XNUMX EUR.

- QUAND UNE ENTREPRISE EST CONSIDÉRÉE COMME «RÉSIDENTE» EN ESPAGNE?

Les entreprises qui satisfont à l'une des exigences suivantes sont des résidents sur le territoire espagnol:

  • Qu'ils avaient été établis conformément à la loi espagnole.
  • Qu'ils ont leur siège social sur le territoire espagnol.
  • Qu'ils ont le siège de la gestion efficace sur le territoire espagnol (quand c'est en Espagne où se trouve la gestion et le contrôle de toutes leurs activités).

- À QUEL TYPE D'ENTREPRISES LA TAXE S'APPLIQUE-T-ELLE?

Tous les types de sociétés juridiques sont des contribuables de l'impôt sur les sociétés (à l'exception des sociétés civiles qui n'ont pas d'objet commercial) et de certaines entités, même si elles n'ont pas la personnalité juridique.

2.- QUEL EST LE TAUX DE TAXE?

Le assiette fiscale est obtenu par le biais de l'entreprise résultats comptables / solde. C'est donc à ce solde comptable que sera appliqué le taux d'imposition.

- TYPES DE DEVIS / TARIFS

 Il sera appliqué lors de la première période d'imposition au cours de laquelle l'assiette fiscale est positive (c'est-à-dire qu'il y a un profit et que nous devons payer l'impôt sur les sociétés) et dans le suivant.

  • Devis / tarif général: 25%.
  • Devis réduit / taux de 15% pour les entrepreneurs. Les entreprises récemment créées peuvent appliquer ce taux réduit pendant DEUX ANS (l'année du début de l'activité et l'année suivante) si elles remplissent certaines conditions:

- Que l'activité économique de l'entreprise n'a pas été exercée auparavant par d'autres personnes ou entités liées.

- Que l'activité économique n'a pas été exercée, au cours de l'année précédant la création de l'entité, par une personne physique qui détient une participation, directe ou indirecte, dans le capital ou les capitaux propres de l'entité nouvellement créée supérieure à 50%.

Les sociétés patrimoniales sont exclues de cette taxe réduite.

  • 20% de devis / tarif réduit pour les coopératives: Ce devis / taux est applicable dans les sociétés coopératives fiscalement protégées, à l'exception des résultats extra-coopératifs, qui sont imposés au taux / taux général de 25%.

3.- COMMENT LA TAXE À PAYER EST-ELLE CALCULÉE?

L'impôt sur les sociétés est calculé à partir du résultat comptable de l'exercice de la société, soit:

REVENUS - CHARGES - FRAIS FRANCHISÉS

Il existe une longue liste de dépenses liées au développement de l'activité et qui sont déductibles, telles que les achats, les services, les salaires et traitements, la sécurité sociale, les locations, les réparations, les assurances, les déplacements et le transport, la publicité, les dépenses financières, les fournitures, la représentation frais commerciaux, et un long etcetera.

Pour qu'une dépense soit considérée comme «déductible», elle doit répondre à un fait «économique réel», c'est-à-dire que l'écriture comptable doit correspondre à une opération effectivement réalisée et non simulé.

De plus, les dépenses doivent répondre aux critères suivants exigences:

  • Comptabilité: ils doivent être comptabilisés dans le compte de résultat, ou dans un compte de réserve, sauf dans le cas des éléments librement amortissables et dans les autres cas où la réglementation indique expressément que leur comptabilité n'est pas nécessaire.
  • Justification: ils doivent être justifiés par la facture répondant aux exigences établies par le règlement de facturation dans les deux cas.
  • Imputation: en général, ils doivent être imputés dans la période d'imposition au cours de laquelle ils s'accumulent. La règle comprend deux exceptions qui permettent d'affecter les revenus et les dépenses à des fins fiscales dans la période fiscale au cours de laquelle ils ont été comptabilisés, à condition que cela n'entraîne pas un taux d'imposition inférieur à celui qui aurait correspondu s'il avait été facturé. dans la période de régularisation.
  • Corrélation avec le revenu: ils doivent être réalisés dans l'exercice de l'activité afin d'obtenir un revenu, sans être considéré comme une libéralité, auquel cas il ne serait pas déductible.

CONCLUSION:

Aux fins de l'impôt sur les sociétés, seules les dépenses qui:

- Ont été correctement comptabilisés dans les comptes comptables

- Correspondent à des activités «réelles»

- Ont été effectuées au cours de l'exercice comptable

- Ils sont dûment justifiés

- Il ne s'agit pas de dépenses expressément considérées comme «non déductibles».

En ce qui concerne les dépenses expressément considérées comme «non déductibles», c'est-à-dire celles que la même loi n'accepte pas d'être déduites du montant à payer de la taxe, sont les suivantes:

  1. Celles qui représentent une rémunération sur fonds propres.
  2. Ceux issus de la comptabilité de l'impôt sur les sociétés. Autrement dit, le montant payé pour la taxe.
  3. Amendes et pénalités pénales et administratives, et suppléments pour le dépôt des déclarations après la date limite.
  4. Les pertes de jeu.
  5. Dons
  6. Les frais d'actions contraires au système juridique.
  7. Les dépenses correspondant aux transactions réalisées avec des personnes ou entités résidant dans des paradis fiscaux.
  8. Charges financières courues au cours de la période fiscale, dérivées de dettes auprès des entités du groupe.
  9. Dépenses disproportionnées découlant de la résiliation de la relation de travail ou commerciale dépassant certaines limites.
  10. Les dépenses correspondant aux transactions réalisées avec des personnes ou entités liées qui, du fait d'une classification fiscale différente dans celles-ci, ne génèrent pas de revenus ou ne génèrent pas de revenus exonérés ou soumis à un taux d'imposition nominal inférieur à 10%.

- AJUSTEMENTS SUR LE CALCUL DE LA TAXE

Pour calculer le montant à payer pour la taxe, une série de corrections ou d'ajustements doit être apportée qui sont générés par l'utilisation de différents critères de calcul appliqués en comptabilité par rapport à ceux autorisés par l'administration fiscale.

À ce stade, nous devons être clairs sur les notions de «critères comptables» et de «critères fiscaux», ainsi que de «clôture comptable» et de «clôture fiscale» pour l'année.

Ces corrections ou ajustements peuvent être à la fois POSITIFS et NÉGATIFS, et peuvent être causés par des différences de nature TEMPORAIRE ou PERMANENTE.

Un cas clair serait, par exemple, le paiement d'une amende de trafic. Cette dépense est enregistrée dans comptabilité car il a été payé par l'entreprise. Cependant, nous NE POUVONS PAS le déduire du paiement de l'impôt car elle est considérée comme une dépense «non déductible».

Le bénéfice / solde comptable devra additionner et soustraire les différences permanentes entre le bénéfice comptable et fiscal.

- Que sont les transactions entre parties liées?

Ce sont les transferts de biens et / ou de services qui sont effectués entre des parties liées (non indépendants les uns des autres).

La loi sur l'impôt sur les sociétés établit ce qui suit hypothèses relatives aux parties liées:

  1. Lorsqu'elles sont réalisées entre l'Entité et ses partenaires, lorsque la participation de la société de ces partenaires est d'au moins 25%.
  2. Lorsqu'elles sont effectuées entre l'Entité et ses administrateurs ou administrateurs
  3. Lorsqu'elles sont réalisées entre l'Entité et des proches jusqu'au troisième degré de consanguinité (conjoint, enfants, parents, frères et sœurs, petits-enfants, grands-parents, neveux,…) des partenaires (participation d'au moins 25%), administrateurs ou administrateurs.
  4. Lorsqu'elles sont effectuées entre des entités appartenant au même groupe de sociétés.
  5. Lorsqu'elles sont effectuées entre l'Entité et les administrateurs ou administrateurs d'une autre société faisant partie du même groupe de sociétés.
  6. Lorsqu'elles sont effectuées entre l'Entité et une autre société dans laquelle la première détient indirectement au moins 25%.
  7. Lorsqu'il est réalisé avec des Entités dans lesquelles les mêmes associés, administrateurs, administrateurs ou leurs proches jusqu'au troisième degré, participent à au moins 25%
  8. Lorsqu'elles sont effectuées entre l'entité résidente en Espagne et ses établissements stables à l'étranger.

IMPORTANT: les transactions effectuées entre des personnes ou entités liées seront évaluées à leur «valeur marchande normale». La valeur marchande normale s'entend de celle qui aurait été convenue par des personnes ou entités indépendantes dans des conditions de libre concurrence.

4.- MODÈLES DE DÉCLARATION FISCALE

  • Modèle 200: Déclaration annuelle d'impôt sur les sociétés. Il est présenté du 1er au 25 juillet de chaque année. Il doit également être présenté si l'entreprise est inactive.
  • Modèle 202: Déclaration de paiement fractionné des entreprises. Il doit être présenté si une prestation a été obtenue au cours de l'année précédente. Ils sont présentés dans les 20 premiers jours d'avril, octobre et décembre.
  • Modèle 220: Ce formulaire est utilisé pour les groupes d'entreprises.

IMPÔT SUR LE RÉSULTAT DES NON INVIDUELS ET DES ENTREPRISES NON RÉSIDENTS EN ESPAGNE

 a) Revenus obtenus grâce à l'établissement stable

Une personne physique ou morale non résidente agit en Espagne par l'intermédiaire d'un «établissement stable» dans les cas suivants:

- Lorsqu'il dispose en Espagne, à quelque titre que ce soit et de manière continue ou régulière, d'installations ou de lieux de travail de toute nature, dans lesquels tout ou partie de l'activité se développe.

- Lorsqu'ils agissent en Espagne par l'intermédiaire d'un mandataire, qui contracte au nom et pour le compte de l'entité non résidente, à condition qu'il exerce régulièrement lesdites facutlies.

Plus précisément, les établissements stables sont des sièges de direction, des succursales, des bureaux, des usines, des ateliers, des entrepôts, des magasins ou d'autres établissements tels que des mines, des puits de pétrole ou de gaz, des carrières, des exploitations agricoles, forestières ou d'élevage ou tout autre lieu d'exploitation ou d'extraction de ressources naturelles et construction. Aussi, les travaux d'installation ou de montage dont la durée dépasse six mois.

EXEMPLE

Une entité résidente étrangère possède des terrains destinés à une mine en Espagne.

1.- Base d'imposition

L'assiette de la taxe de l'établissement stable sera déterminée conformément aux dispositions du régime général de l'impôt sur les sociétés, sans préjudice de ce qui suit:

- Tout paiement que l'établissement stable effectue au siège social ou à l'un de ses établissements stables à titre d'honoraires, d'intérêts ou de commissions payés en contrepartie de services d'assistance technique, ou pour l'utilisation ou le transfert de biens ou de droits ne sera pas déductible.

- Toutefois, les intérêts payés par les établissements stables des banques étrangères à leur siège ou à d'autres établissements stables pour l'exercice de leur activité seront déductibles.

- La part raisonnable des frais de gestion et d'administration générale correspondant à l'établissement stable sera déductible, à condition que les conditions fixées par la loi soient remplies. Les contribuables peuvent demander à l'administration fiscale de déterminer l'évaluation des dépenses susmentionnées qui sont déductibles.

- En aucun cas, les montants correspondant au coût du capital propre de l'entité (intérêts et autres charges financières), directement ou indirectement, ne seront imputés à l'établissement stable.

2.- Taux d'imposition

Le taux d'imposition de 25% sera appliqué à l'assiette fiscale.

Un taux supplémentaire de 19% sera exigé sur les montants transférés des revenus éventuels obtenus en Espagne par l'établissement stable, avec les exceptions suivantes

- Entités ayant leur résidence fiscale dans les États de l'Union européenne qui ne sont pas considérés comme des paradis fiscaux.

- Entités ayant leur résidence fiscale dans un État qui a signé un accord avec l'Espagne pour éviter la double imposition, à condition qu'il y ait un traitement réciproque.

Dans le montant total de la taxe, les éléments suivants peuvent être appliqués:

- Le montant des avantages et déductions appliqués par la loi espagnole sur l'impôt sur les sociétés aux sociétés de résidence espagnoles.

- Le montant des retenues à la source et des acomptes au titre de la taxe.

3.- Période fiscale et régularisation

La période fiscale coïncidera avec l'année fiscale déclarée par l'établissement stable, sans dépasser 12 mois. Lorsqu'aucune autre n'a été déclarée, la période fiscale sera considérée comme faisant référence à l'année civile. La taxe s'accumulera le dernier jour de la période fiscale.

La communication de la période fiscale doit être formulée au moment du dépôt de la première déclaration de cette taxe, étant entendu qu'elle demeure pour les périodes ultérieures tant qu'elle n'est pas expressément modifiée.

La période d'imposition s'entend comme terminée lorsque l'établissement stable cesse son activité ou, d'une autre manière, la contrepassation de l'investissement est effectuée le jour même de l'établissement stable, ainsi que dans les cas où l'établissement stable est transféré. à une autre personne physique ou entité, celles dans lesquelles la maison centrale transfère sa résidence et au décès de son propriétaire.

4.- Obligations formelles

Les établissements stables seront tenus de présenter une déclaration, déterminant et saisissant le taux d'imposition correspondant, par le biais du modèle 200 ou 201. La déclaration sera présentée dans les 25 jours civils suivant les six mois suivant la fin de la période fiscale.

Les établissements stables seront tenus de tenir une comptabilité séparée, faisant référence aux opérations qu'ils effectuent et aux éléments patrimoniaux qui y sont attachés.

Ils seront également tenus de se conformer aux obligations comptables, d'enregistrement ou formelles restantes exigées des entités résidant sur le territoire espagnol par la réglementation fiscale sur les sociétés.

5.- Paiements en acompte

Les établissements stables seront soumis à la régime de retenue d'impôt sur les sociétés pour le revenu qu'ils reçoivent, et sera obligé d'effectuer des paiements échelonnés sur compte du règlement de cette taxe, aux mêmes conditions que les entités soumises à l'impôt sur les sociétés espagnol.

De même, ils seront tenus d'effectuer des retenues et des acomptes dans les mêmes conditions que les entités résidant sur le territoire espagnol.

b) Revenus obtenus sans la médiation d'un établissement stable

Les contribuables, entreprises et / ou particuliers qui opèrent sans établissement stable, qu'ils soient des personnes physiques ou morales, sont imposés conformément à la IRPF (Impôt sur le revenu espagnol - Impôt sur les gains en capital) règlements, et le faire pour chaque transaction, comme établi aux articles 24 et suivants du texte consolidé de la loi IRNR.

1.- Base d'imposition

a) Règle générale: En général, l'assiette fiscale sera constituée de son montant total, déterminé conformément aux règles de l'impôt sur le revenu des personnes physiques.

b) Règles spéciales: En cas de prestation de services, d'assistance technique, de travaux d'installation ou de montage découlant de contrats d'ingénierie et, en général, d'activités ou d'opérations économiques réalisées en Espagne sans la médiation d'un établissement stable, l'assiette imposable sera égale à la différence entre le revenu complet et les dépenses suivantes:

- Salaires et charges sociales du personnel employé directement au développement de l'activité à condition que le revenu de l'impôt applicable ou les paiements au titre du revenu du travail rémunéré soient justifiés ou garantis.

- Fourniture de matériaux pour leur intégration définitive aux travaux réalisés sur le territoire espagnol.

- Fournitures consommées sur le territoire espagnol pour le développement des activités.

L'assiette fiscale correspondant à les gains en capital sera déterminé en appliquant, à chaque modification de capital qui survient, les règles prévues pour l'impôt sur le revenu des particuliers, à quelques exceptions près.

- Dans le cas des entités non résidentes, lorsque la plus-value provient d'une acquisition non lucrative (don par exemple), ce montant sera valorisé à la valeur «normale de marché» de l'objet acquis.

- Lorsque les revenus proviennent indirectement d'actifs situés sur le territoire espagnol, ou de droits qui leur sont liés, et que les entités sont considérées comme «simplement détenteurs d'actifs», et qu'elles résident dans des pays ou territoires avec lesquels il n'y a pas d'échange effectif d'impôt informations, les biens immobiliers situés sur le territoire espagnol seront soumis au paiement de la taxe.

- Dans le cas des personnes physiques non résidentes, le revenu imputé de l'immobilier situé sur le territoire espagnol sera déterminé conformément aux dispositions de la loi relative à l'impôt sur le revenu des personnes physiques (2% de la valeur cadastrale de l'immobilier urbain ou rustique avec constructions non indispensable à l'exercice de toute exploitation, non liée à des activités économiques ou génératrices de rendement du capital immobilier, ou 1.1% si la valeur cadastrale a été révisée).

- Les contribuables résidant dans un autre État membre de l'Union européenne ont des réglementations spécifiques qui leur permettent d'appliquer leurs propres règles particulières, telles que:

* Les dépenses prévues par la loi relative à l'impôt sur le revenu des personnes physiques peuvent être déduites, comme si nous parlions de résidents, à condition qu'elles prouvent qu'elles sont directement liées aux revenus obtenus en Espagne.

* La base imposable correspondant aux plus-values ​​sera déterminée en appliquant, à chaque altération patrimoniale qui survient, en général, les règles de la Loi de l'Impôt sur le Revenu des Personnels qui seraient appliquées dans le cas où le contribuable l'était pour cette Taxe.

2.- Taux d'imposition

* Général:

Résidents UE, Islande et Norvège Reste des pays
19 %24 %

* Revenus de travail perçus par des personnes non résidentes sur le territoire espagnol en vertu d'un contrat à durée déterminée pour les travailleurs saisonniers, conformément aux dispositions de la réglementation du travail:  % 2.

* Dividendes et autres revenus provenant de la participation au capital d'une entité, et Intérêts et autres revenus provenant du transfert de capital propre à des tiers: 19%

3.- Déductions

Seuls les éléments suivants seront déduits de la taxe:

Les montants correspondant aux déductions pour dons dans les conditions prévues à l'article 68.3 du texte consolidé de la loi relative à l'impôt sur le revenu des personnes physiques.

Les retenues et acomptes qui ont été pratiqués sur les revenus du contribuable.

4.- Accumulation

La taxe s'accumulera:

- Dans le cas des retours, à leur échéance ou à la date d'encaissement si celle-ci est antérieure.

- Dans le cas des plus-values, lors de la transformation immobilière.

- Dans le cas des revenus imputés correspondant à l'immobilier urbain, au 31 décembre de chaque année.

- Dans les autres cas, lorsque le revenu correspondant est dû.

- En cas de décès du contribuable, tous les revenus en attente d'imputation sont réputés exigibles à la date du décès.

5.- Obligations formelles

Les contribuables qui obtiennent des revenus sur le territoire espagnol sans la médiation d'un établissement stable seront tenus de présenter une déclaration, déterminant et inscrivant la dette fiscale correspondante pour cet impôt dans un délai d'un mois à compter de la date de régularisation. Dans le cas de revenus imputés correspondant à des biens immobiliers urbains à usage propre, la déclaration sera présentée du 1er janvier au 30 juin suivant la date de régularisation.

Les solidaires et solidaires peuvent également procéder à la déclaration et au dépôt de la créance. Les contribuables de cet impôt ne seront pas tenus de présenter la déclaration correspondant aux revenus au titre desquels une retenue à la source ou des acomptes ont été effectués, ni à l'égard de ceux assujettis à des retenues à la source ou à des acomptes mais exonérés.

Les contribuables qui tirent des revenus d'activités économiques ou d'exploitations menées en Espagne seront obligés de tenir des registres des revenus et dépenses.

De même, ils doivent conserver, numérotés par ordre de dates, les factures émises et les factures ou pièces justificatives reçues.

Ils sont tenus d'effectuer des retenues à la source et des acomptes au titre des revenus de travail qu'ils satisfont, ainsi que des autres revenus soumis à la retenue que constitue.